À la découverte de nos produits du terroir

Par France Poirier
À la découverte de nos produits du terroir
Violon et Champignon est l'une des entreprises coup de coeur de la cheffe.

Louise Duhamel a été cheffe propriétaire du restaurant Loup-Garou ainsi qu’enseignante à l’École hôtelière des Laurentides où elle transmettait ses connaissances en cuisine du marché aux futurs chefs.

Maintenant retraitée depuis quelques années, elle continue de faire des trucs en lien avec la cuisine. Elle s’intéresse aux produits du marché et a bien voulu nous faire connaître certains produits du terroir des Laurentides et nous faire découvrir ce que la région a à offrir pour mettre dans nos assiettes.

Du côté des sucres naturels

« Définitivement, le miel est un produit répandu dans les Laurentides, alors que différents producteurs font de l’excellent miel et de très bons produits dérivés. On pense à Miels d’Anicet à Ferme-Neuve ou à Miel de la Garde à Prévost. Il est certain qu’on ne peut pas passer à côté du sirop d’érable que l’on utilise pour remplacer le sucre. Quelques fois, on peut l’utiliser pour finir un plat ou pour l’agrémenter, tout comme le miel, dans une vinaigrette ou dans un braisé. Ça va donner une touche finale au niveau du goût », nous explique la cheffe Duhamel. Pour elle, ce sont définitivement deux beaux produits. « Le sirop de bouleau est devenu aussi une vedette à défaut de sirop d’érable. On a beaucoup de bouleaux dans la région. Il y a une entreprise, Gourmet sauvage, qui fait un vinaigre balsamique à base de bouleau qui est délicieux. »

Les volailles

Dans la région, on retrouve beaucoup de volailles. On peut découvrir des fermes de poulets ou d’autres qui produisent de la dinde et du coquelet. « De plus, nous avons beaucoup de dindes sauvages dans la région. Pour les amateurs de chasse, c’est un beau produit qui se cuisine différemment. On ne peut pas la rôtir comme un poulet, sa peau est moins grasse, mais c’est très bon en braisé », nous explique Louise Duhamel.

Viandes sauvages

Pour les amateurs de viandes sauvages, le chevreuil se retrouve en très grande quantité dans la région. « Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi on n’en retrouve pas dans les marchés. C’est dommage parce qu’il y en a vraiment beaucoup. À Lachute, il y a un producteur de bisons, la Ferme Grand Duc, qui fait de belles choses. On retrouve aussi dans la région du chevreau qui est aussi un très beau produit. »

Produits de la nature

Dans la région, on a aussi des producteurs de champignons, cueilleurs et producteurs. Elle nous parle Violon et Champignon, une belle entreprise à Sainte-Lucie. « Il y a aussi un jeune producteur de Val-David, Champignon du Versant. Celui-ci a décidé de s’aventurer dans la production et il le fait très bien. C’est très local, mais il a le vent dans les voiles », nous confie madame Duhamel. Il y a aussi une dame qui a une entreprise de fleurs comestibles, Champ floral, dans la région de Mille-Isles. On y retrouve des mescluns, des fleurs comestibles, elle fait aussi la transformation. « Elle produit des gelées d’églantier par exemple. Les fleurs sont éphémères, il ne faut pas les perdre, donc elle fait des produits en pots et c’est très bon. »

Fruits et légumes

« La Ferme aux petits oignons à Brébeuf est une belle ferme bio qui propose de beaux produits. À Mirabel, il y a aussi une belle entreprise, Complètement légume, qui a été fondée par trois femmes passionnées de culture biologique. Dans ce secteur des Laurentides, on retrouve aussi beaucoup d’entreprises de petits fruits de saison », souligne-t-elle. « Nous ne sommes pas dans la même situation que la région des Cantons de l’Est qui bénéficie d’un climat plus chaud, mais par contre on a des produits intéressants et nous avons des producteurs créatifs », ajoute la cheffe Duhamel.

Elle conseille de fouiller sur Internet pour trouver différents producteurs et faire de belles découvertes. « Quelqu’un qui veut vraiment acheter local, c’est tout à fait possible de trouver et d’encourager nos producteurs. Il y a actuellement une nouvelle génération d’agriculteurs. Un retour à la terre où les jeunes ont des connaissances. Ils ont fait leur étude en agronomie. Ils ont une vision plus diversifiée. On remarque actuellement une approche très écologique », conclut Louise Duhamel.

Des endroits à découvrir

» Miels Anicet

» Miel de la Garde

» Gourmet sauvage

» Champignons du Versant

» Violon et Champignon

» Champ floral

» Ferme aux petits oignons

» Ferme Grand Duc

» Complètement Légume

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments