Sections

Un Prévostois créateur de mascottes connu dans le monde entier!

Acmé International Mascottes


Publié le 8 septembre 2017

Marc Boivin, un créateur de mascottes depuis 32 ans, le fondateur d'Acmé International Mascottes, réside à Prévost depuis 5 ans.

©TC Media - Françoise Le Guen

PRÉVOST. Vous avez sûrement croisé une de ses mascottes au détour d'un événement, que ce soit au Festival Juste pour rire au Cirque du Soleil ou pour différents Jeux d'hiver, dont ceux d'Alma dernièrement pour ne nommer que ceux-là. Leur créateur et concepteur internationalement connu est un résident de Prévost, Marc Boivin, le fondateur de la compagnie Acmé International Mascottes en 1985.

Originaire du Lac-Saint-Jean, de Normandin, toute son aventure a commencé lorsqu'un maire d'Albanel lui a proposé, de créer et de fabriquer de toutes pièces une mascotte pour le Festival de la gourgane. C'était en 1985. Diplômé en arts du Cégep de Chicoutimi, il faisait alors des sculptures et du lettrage. Et, depuis Gourgane, il a créé des centaines de mascottes au Québec, mais aussi dans le monde entier, par exemple, pour un festival en Écosse, une équipe de soccer en Suisse, l'équipe de foot d'Angers en France et un client à Dubaï en Arabie Saoudite. Mais, il y a aussi plus près de chez nous la mascotte Polix de la Sûreté du Québec, Garofeu de la Société de Conservation des forêts du Saguenay-Lac-Saint-Jean, celle du parc national d'Oka, de l'aquarium de Québec, des Jeux du Saguenay Hiver 2013 ou de la ville de Farnham et il vient de faire la mascotte des Jeux du Québec 2018 de Thetford Mines.

«Ce que je fais est unique!»

Marc Boivin

À Prévost

La mascotte des Jeux du Québec à Saint-Jérôme en 1987.
Gracieuseté

Il se souvient encore de celles qui l'ont fait connaître au tout début de sa carrière et ont lancé son entreprise, la mascotte des Jeux d’hiver de Saint-Jérôme en 1987, de la Fondation de l'Hôpital de Saint-Jérôme et de la Laiterie Casavant, toutes conçues au Lac-Saint-Jean. Celui qui se définit avant tout comme un artiste, un créateur, fabrique maintenant toutes ses mascottes dans son atelier de Prévost. Il fait pratiquement tout, tout seul, des dessins à la confection et engage des couturières à l'occasion. Il entrepose également les mascottes chez lui pour divers organismes. M. Boivin a d'ailleurs une pièce réservée pour elles, véritable caverne d'Ali Baba de personnages plus colorés les uns que les autres. On a rencontré dans son atelier un couple de dragons. Marc Boivin songe à créer un enfant Dragon qu'un jeune pourra porter.

Il nous explique que pour leurs confections, il recycle aussi les matériaux et récupère les vieilles mascottes. Par exemple, des morceaux de panneaux électoraux pour l'arrière des yeux. Plusieurs émissions télé sont venues le visiter, mais il se souvient surtout du jour ou des gens du  Cirque du Soleil ont débarqué dans son atelier. Il a d'ailleurs obtenu le contrat. M. Boivin mentionne qu'ils sont peu à fabriquer des mascottes au Québec et encore plus rares sont les artisans qui les font de A à Z. Comme il a également fait de l'animation et habité ses mascottes, il sait bien comment les faire pour qu'elles soient confortables. Il invente aussi toute sorte d'accessoires, de la guitare, des tambours, aux livres, et au biscuit Goglu... «C'est ce qui fait la richesse de la Mascotte et attire encore plus les gens dans les événements», nous dit-il.

Plus d'info au www.acmemascottes.com et sur Facebook : https://www.facebook.com/acmeinternationalmascottes.mascotte