Les honneurs pour des plumes de chez nous

Prix d’excellence en français Gaston-Miron

Publié le 20 mars 2017

Les récipiendaires des Prix d’excellence en français Gaston-Miron : Michel Bois, président du journal Le Sentier de Saint-Hippolyte et Nicole Chauvin, coordonnatrice et graphiste, Antoine Drouin, Nancy Roy et Morane Arcand de la revue Étendart ainsi que Roxane Turcotte, auteure de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

©(Photo: TC Media - Jonathan Payment)

LAURÉATS. La sixième édition de la remise des Prix d’excellence en français Gaston-Miron s’est déroulée le dimanche 19 mars à la salle La Caravelle à Saint-Jérôme dans le cadre de la journée internationale de la Francophonie. Deux organisations et une auteure ont été honorées.

Le journal Le Sentier de Saint-Hippolyte a reçu le prix Coup de cœur; Roxane Turcotte, auteure jeunesse de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, a reçu le prix d’excellence en français Gaston-Miron catégorie Individu et la revue littéraire et artistique du Cégep de Saint-Jérôme Étendart est récipiendaire du prix d’excellence en français Gaston-Miron catégorie Organisme.

À l’occasion de cette cérémonie spéciale, Josée Legault, chroniqueuse et analyste politique, a été invitée à titre de conférencière. Impressionnée par le talent des finalistes pour ce grand prix, elle a rappelé l’importance de préserver la langue française. «Venant de Montréal, je trouve qu’on devrait envoyer des gens comme vous (finalistes et récipiendaires) comme ambassadeurs dans la Ville de Montréal, on en aurait besoin. C’est le moment aussi de se rappeler qu’on est près d’un milliard sur la planète à parler français et que ça reste toujours une belle et grande langue internationale», affirme-t-elle.

Raconter et s’exprimer

Lauréat, Le Sentier de Saint-Hippolyte est un journal communautaire mensuel entièrement réalisé par des bénévoles et faisant état de l’actualité locale. Roxane Turcotte, quant à elle, s’adresse aux jeunes en organisant des journées littéraires, des distributions de livres, des séances de lecture et a animé une chronique culturelle à la télévision communautaire Laurentides-Lanaudière (TVCL), en plus d’avoir participé aux grands salons du livre ici et ailleurs.

La revue du Cégep de Saint-Jérôme Étendart, est publiée conjointement avec Le Trouble-Tête, volet journalistique de la revue. Ce projet unit les étudiants désireux d’expérimenter avec la langue française, de la réinventer et de révéler les réalités de la communauté étudiante, mais aussi celle de la région.

Hommage à un grand homme

Cet événement rappelait l’importance de la langue française, mais aussi pourquoi il porte le nom de Gaston Miron. Grand poète né à Sainte-Agathe et décédé en 1996, son passage dans la vie de plusieurs aura été marquant. Josée Legault fait partie de gens qui ne l’oublieront jamais. «Je vivais à l’époque des ennuis de santé et j’ai eu la chance de le croiser. J’ai également reçu une lettre de soutien écrite de sa main, spécialement pour moi. J’en suis encore très émue», raconte-t-elle.

De plus, André Marion, président de la commission des affaires culturelles, président du comité de toponymie et conseiller municipal à Saint-Jérôme, s’est engagé, avant la remise officielle des prix, à ce qu’une rue de la Ville porte le nom Gaston-Miron.