Sections

Le DPJ atteint son objectif

Malgré une hausse des signalements

Publié le 3 octobre 2017

Il n'y aurait plus d’attente pour l’évaluation des signalements posés.

©(Photo: Journal Le Nord France Poirier)

SAINT-JÉRÔME.  Denis Baraby, Directeur de la protection de la jeunesse des Laurentides a annoncé, jeudi, que l'objectif «zéro attente» a été atteint.

Denis Baraby Directeur de la protection de la jeunesse.
(Photo: Journal Le Nord – France Poirier)

En effet, il n'y aurait plus d’attente pour l’évaluation des signalements posés pour des jeunes de la région. C’est donc dire que toutes les situations portées à son attention sont désormais traitées dans les délais prescrits, soit dans un maximum de 10 jours, selon l’urgence de chaque situation.

Soulignons que la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) des Laurentides a connu, depuis les derniers mois, une hausse marquée du nombre de signalements concernant des enfants vivant différentes difficultés. Dans ces circonstances, elle a dû s’ajuster à cette réalité en offrant plus de services pour traiter les signalements, mais aussi en ajoutant différents services de soutien afin d’aider et d’outiller les familles qui le nécessitent.

« L’objectif zéro attente est devenu une priorité pour nous. Pour ce faire, nous avons réorganisé nos pratiques et ajouté du personnel. Ainsi, nous pouvons désormais procéder plus rapidement à l’évaluation de la situation des enfants et des adolescents ciblés par un signalement et appliquer les mesures visant à assurer leur santé et leur sécurité », a indiqué M. Baraby.

Les actions mises en place se sont avérées gagnantes puisqu’elles ont permis de réduire le nombre de dossiers dépassant les délais d’attente pour obtenir une évaluation de 576 à 0 en trois mois! « Il va sans dire que l’atteinte de cet objectif a été rendue possible grâce au travail formidable de nos équipes. Je me dois de souligner l’implication et le travail assidus du personnel dédié aux services à la jeunesse de la région », a également déclaré M. Baraby.

Rappelons que le rôle du directeur de la protection de la jeunesse est de voir l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse dans sa région. Cette loi s’applique aux personnes de moins de 18 ans qui vivent des situations qui compromettent ou qui peuvent compromettre leur sécurité ou leur développement. (F.P.)