Le comité aviseur dénonce le mutisme d'Hydro-Québec

Projet de ligne haute tension Grand-Brûlé

René-Pierre Beaudry rene-pierre.beaudry@tc.tc
Publié le 27 mai 2014

Les manifestants adolphins dénoncent depuis un bon moment l'attitude d'Hydro-Québec dans le dossier de la ligne de haute tension Grand-Brûlé.

Photo TC Media - Archives

PROJET ÉLECTRIQUE. Selon Sarah Perreault, le départ volontaire de Martial Fortin, dg de Saint-Adolphe-d'Howard et représentant de la municipalité au sein du Comité technique régional (CTR), s'explique aisément: « M. Fortin a demandé à être remplacé au sein du CTR parce qu'il considère ne pas y trouver l'écoute nécessaire à une approche objective du dossier », nous a écrit la porte-parole du comité aviseur de St-Adolphe qui commentait notre article "Deux versions contradictoires" publié dans notre dernière édition.

« Pour lui, cette démarche est un entonnoir mis sur pied par Hydro pour amener les gens à cautionner le tracé passant à travers la municipalité. Étant actuaire et dg de la municipalité, il est très au fait des aspects techniques du projet (de ligne de haute tension Grand Brûlé, dérivation St-Sauveur, proposé par HQ). »

Dans son courriel à nos bureaux, Mme Perreault dénonce aussi l'intention d'Hydro d'utiliser des pylônes de 315kV (315 000 volts) en prétendant qu'ils supporteraient plutôt un courant de 120kV (échappant ainsi à l'obligation de soumettre le projet au BAPE).

Jointe au téléphone vendredi dernier, Sophie Lamoureux, porte-parole de la Société d'état, réfute la dénonciation: « Le catalogue d'une nouvelle famille de pylônes - dont on pouvait réduire la hauteur et la largeur de l'emprise et qui sont présentement à l'étude - a été présenté à la rencontre du CTR du 24 avril dernier. Malheureusement, le représentant de la municipalité (M. Fortin) avait quitté la réunion… De plus, les infrastructures existantes dans les Laurentides sont telles que le réseau actuel est exploité avec du 120 000 volts (120kV). Les nouveaux pylônes compteraient cependant 12 conducteurs (à 120kV) plutôt que six, comme c'est le cas actuellement. »

Secrètes et confidentielles

Par ailleurs, Mme Perreault, du comité aviseur, accuse HQ de tenir les membres du CTR dans l'ignorance en refusant de leur fournir rapports et études. Cette affirmation est inexacte et hors contexte, estime la chargée de communications d'Hydro-Québec. « Des informations d'ordre technique ont été fournies à M. Deslauriers (Jean-Claude, l'ingénieur-conseil de Saint-Adolphe) qui a siégé sur un sous-comité en compagnie de nos propres ingénieurs. Il est vrai que certaines informations ont toutefois été tenues secrètes parce qu'elles sont confidentielles. »

« Confidentielles pour protéger des informations technologiques mises au banc d'essai dans le projet? » avons-nous présumé. « C'est exactement ça », de nous répondre la porte-parole d'HQ.

Interrogée enfin sur son silence depuis le 29 mars dernier, que lui reproche le comité aviseur, Mme Lamoureux a répliqué qu'Hydro fournissait aux citoyens et aux municipalités plusieurs outils, dont une ligne info-projet et un site web. « On possède mon numéro de téléphone, on m'appelle. »

Mme Lamoureux enchaîne en rappelant que le projet couvre 40km et touche plusieurs municipalités qui, comme le font différents intervenants de Saint-Adolphe, ont elles aussi des questions à poser.

« Mme (Sarah) Perreault ayant été identifiée comme la porte-parole communications du comité aviseur, il y a eu (entre nous) plusieurs échanges de courriels. Des demandes de renseignements auxquelles nous avons répondu, sauf quand on nous a demandé de fournir des résultats d'études qui n'ont pas encore été complétées… Puis, lorsqu'on nous revient constamment avec les mêmes questions auxquelles on considère avoir déjà répondu, ce n'est pas faire preuve de mauvaise volonté, mais après trois fois, il faut à l'évidence passer à autre chose. »

Comité technique régional (CTR)

Prochaine rencontre: 5 juin 2014

Délégués de Saint-Adolphe-d'Howard: Jean-Claude Deslauriers et un nouveau représentant (en place du dg Martial Fortin, qui a démissionné du Comité)